Le voyage climato-compatible selon ATR

Introduction de la conférence sur le voyage climato-compatible organisée par ATR le 4 décembre 2015 au Grand Palais dans le cadre de la conférence des Nations Unies sur le climat (COP 21).

Bonjour à toutes et tous ! Bienvenue à cette conférence sur le voyage climato-compatible. Et merci au Comité 21 pour l’invitation à participer à l’opération Solutions COP 21 au Grand Palais.

Tout d’abord, j’excuse Vincent FONVIELLE, Président d’ATR, retenu dans « ses » Pyrénées, ce qui le conduit à être sobre en carbone pour cette fois.

Je m’appelle Julien BUOT, je suis Directeur d’Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), et Secrétaire Général d’Acteurs du Tourisme Durable (ATD), deux associations qui fédèrent les professionnels respectivement du voyage et du tourisme, engagés dans le développement durable.

Je vais animer cette conférence qui mobilise trois intervenants et qui se prolongera par un échange avec le public

Avant de laisser la parole aux intervenants, voici quelques propos liminaires. En 2005, selon un rapport du Ministère français du développement durable, le tourisme représentait 5% des émissions mondiales, à savoir 1,3 milliards de tonnes de CO2, la plupart issues des transports et avec une projection d’un triplement de ces émissions à l’horizon 2035.

Le nombre de touristes internationaux, qui traversent une frontière pour leurs vacances, est lui passé de 25 millions en 1950 à plus d’un milliard par an depuis 2012, avec une projection à 2 milliards en 2020, sans inclure les touristes dits domestiques qui voyagent dans leur propre pays. On parle beaucoup de « slow tourism » ou « tourisme lent » or nous n’avons jamais autant voyagé, aussi souvent, aussi loin et aussi peu longtemps. La durée moyenne d’un voyage international serait aujourd’hui de 4 jours.

Je donne maintenant la parole à nos trois intervenants : Lionel HABASQUE, PDG de Terres d’Aventure, Nathalie SIMMENAUER, Directrice Développement Durable d’Air France et Renaud BETTIN, Responsable Solidarité Climatique au GERES.
Loin de faire l’autruche, nos trois intervenants ont pris le taureau par cornes face aux défis du changement climatique, trouvant des solutions et agissant pour un tourisme responsable et … le voyage climato-compatible pour reprendre l’expression proposée par une journaliste de l’AFP dans une dépêche du 31 juillet dernier.

En effet, si le tourisme a un impact sur le changement climatique, le changement climatique a aussi un impact sur le tourisme comme l’illustrent la disparition programmée de destinations comme certaines îles des Maldives menacées par la montée du niveau de la mer, ou la mise en péril d’équipements lors de catastrophes naturelles toujours plus menaçantes comme nous l’a rappelé la destruction partielle du Marineland d’Antibes suite aux inondations du 3 octobre dernier.