©Hemis, Ladakh 2016 par Anne-Sophie bynativ

Anne-Sophie, de Paris à Pékin par bynativ

Qui êtes-vous ? Que faîtes-vous ?

Je suis Anne Sophie, chargée de compte chez bynativ. Au sein de notre réseau d’agences locales, j’accompagne les équipes basées en Asie et plus particulièrement celles au Vietnam (où j’ai vécu), en Himalaya, en Ouzbékistan et en Mongolie.

J’ai ce qu’on pourrait appeler un profil mixte : issue d’une famille de grands voyageurs, les questions de préservation des patrimoines culturel et naturel dans un contexte touristique me passionnent depuis toujours. Le terrain étant essentiel, c’est là que j’ai mis en pratique ces enseignements, en France puis au Vietnam. Après avoir travaillé au côté de gestionnaires de sites culturels puis de politiques en charge du développement, l’envie de vivre l’industrie touristique de l’intérieur m’attirait… et c’est en Inde que j’ai fait mes premières gammes dans une agence locale !

Comment agissez-vous pour un tourisme responsable ? Pouvez- vous donnez un exemple de bonne pratique ?

Je suis persuadée que le tourisme responsable ne se conçoit pas comme un élément indépendant mais au contraire se pense au sein d’une prise de conscience générale. Il s’inscrit dans une démarche globale : les principes qui m’incitent à m’impliquer dans la vie locale de mon quartier, en développant des initiatives de développement durable par exemple (mise en place d’un point de compostage), sont finalement les mêmes que ceux me guident dans mes voyages…

Dans ma pratique personnelle, je suis une fervente adepte d’un tourisme qui prend son temps, fait de partage et d’entraide.  J’héberge régulièrement des voyageurs chez moi gratuitement et me transforme avec plaisir en guide touristique pour faire découvrir à ces visiteurs d’un jour « ma » ville, celle que je vis au quotidien. Et lorsque c’est à mon tour d’être sur la route, je voyage en douceur : j’aime prendre le bus, être au contact des habitants le temps d’un trajet ou plus et regarder la vie se dérouler sous mes yeux.

Dans ma vie professionnelle, j’essaie de décliner ces bonnes pratiques à plusieurs niveaux. Pour ce qui est de la production, j’applique le principe suivant : voyager, c’est être curieux de l’histoire d’un pays mais pas seulement de son passé. Découvrir la ville d’aujourd’hui, rencontrer ceux qui écrivent son présent et bientôt son futur, je trouve ça absolument génial. Au sein de bynativ, nous partageons cet état d’esprit : cette dynamique d’un tourisme contemporain est l’une de nos priorités.  En ce qui concerne le management, je suis particulièrement attachée à la pérennité de l’emploi et à l’égalité des chances : j’ai eu récemment l’occasion d’engager une conversation à ce sujet avec l’un des nos partenaires, afin de privilégier sur place l’embauche permanente grâce à un statut de salarié plutôt qu’un statut de freelance. De même, je suis fière de travailler au quotidien avec des femmes ambitieuses et hautement qualifiées ; et participer ainsi à leur indépendance financière dans des contextes où leur émancipation n’est pas toujours évidente. 

Que représentent pour vous le tourisme responsable en général, et le label ATR en particulier ?

Ma vision du tourisme responsable ? C’est un engagement personnel appliqué à un domaine professionnel. Ce sont des femmes et des hommes qui œuvrent, à leur échelle, pour garantir un développement plus serein, maîtrisé et égalitaire de ce secteur. C’est, du côté des agences de voyages, la mise en place d’une production qui permette une meilleure distribution sociale et géographique des ressources liées au tourisme, tout en respectant l’environnement qui lui est lié. L’industrie touristique est souvent décriée mais je suis persuadée que c’est de l’intérieur que l’on est capable d’initier le plus grand changement. Le label ATR en est l’un des symboles les plus dynamiques ; et chez bynativ nous sommes fiers d’y contribuer !

Quel est votre meilleur souvenir de voyage ? Le voyage de vos rêves ou votre prochain voyage ?

Pour finir, un souvenir marquant d’un voyage : difficile de choisir parmi une palette d’expériences aussi riches que variées…  Lors de mon premier voyage en solo, à Taïwan, la gentillesse des inconnu.e.s dont j’ai croisé le chemin reste ancrée dans ma mémoire : comme celle de cette femme sur l’île de Lambai. Alors que je marche tranquillement le long d’une route perdue, elle me double en scooter, fait demi-tour, freine dans un magnifique dérapé-contrôlé à mes côtés, me dévisage de haut en bas sans un mot, descend de sa monture, fouille frénétiquement dans son coffre et me tend, triomphante, un k-way rose fluo… en me pointant du doigt l’orage qui approche au loin !

Quand à ma prochaine destination, j’ai commencé à effleurer la Chine en restant 10 jours dans sa capitale en septembre dernier… mais je sens que le reste du pays m’appelle !

> En savoir plus