Petite histoire de la charte éthique du voyageur

L’idée de la Charte éthique du voyageur est née en 1995 lors d’un voyage exceptionnel en Éthiopie : 15 jours d’explorations du lac Turkana au delta de l’Omo. Les participants à l’expédition de l’agence Atalante, dans une zone jamais visitée, s’étaient engagés à ne pas prendre de photos dans les villages (condition à l’inscription).

La beauté des hommes et des femmes (Dassanetch, Nyangatoms, Karos…) vivant sur les berges de l’Omo et la richesse de leurs traditions ancestrales créèrent chez certains participants une irrépressible nécessité de ramener des « trophées photographiques ».

Cet engagement non respecté provoqua l’implosion du groupe et d’interminables débats. Soucieux de l’impact du tourisme, Atalante comprit l’impérieuse nécessité d’expliquer, plus que d’interdire, afin d’ouvrir l’esprit à la différence et au respect. Au retour, trois voyageuses suggérèrent à Christophe Leservoisier (cofondateur d’Atalante), de rédiger un code de bonne conduite entre une agence et ses voyageurs.

Ainsi est née, en 1996, la Charte éthique du voyageur, qui défend l’idée que par la seule compréhension de ceux que nous rencontrons, nous pouvons contribuer, personnellement, à la sauvegarde des peuples et de la nature.

En 1997, partageant le principe qu’« il n’y a pas de mauvais touristes, mais des voyageurs mal informés », l’éditeur de guide de voyage Lonely Planet et le magazine de voyages Grands Reportages s’associèrent à Atalante pour une diffusion plus large de ces recommandations, qui souhaitent aider les voyageurs à magnifier son voyage.

Sylvie Blangy, membre de The International Ecotourism Society, a apporté son expertise, et ses réflexions ont conforté les expériences des fondateurs.

Depuis 2006, la Charte éthique du voyageur est diffusée par les membres d’ATR (Agir pour un Tourisme Responsable), une association créée en 2004 dont le premier président n’est autre que Christophe Leservoisier.

Ainsi plusieurs centaines de milliers de voyageurs ont été sensibilisés et impliqués dans la démarche du tourisme responsable.

En 2016, à l’occasion de son 20e anniversaire, ce texte pionnier a été revisité pour toucher un public plus large et inviter les voyageurs à visiter l’espace qui leur est dédié sur le site Internet d’ATR.

La diffusion de la Charte éthique du voyageur par les opérateurs de voyage à ses clients est une condition pour être labellisé ATR.

Ecoutez le témoignage de Christophe Leservoisier, co-fondateur d’Atalante, premier Président d’ATR, et à l’origine de Charte éthique du voyageur, lors d’une conférence sur le tourisme responsable sur le Grand Bivouac en 2014

Découvrez la version historique de la Charte éthique du voyageur conçue en 1996

Découvrez la version revisitée de la Charte éthique du voyageur, en 12 conseils

Découvrez l’espace Conseils aux voyageurs du site Agir pour un Tourisme Responsable

 

Laisser un commentaire